VIVRE L’INATTENDU CHAQUE JOUR…

 Vivre l’Inattendu chaque jour…

Edito de Jean-Baptiste Bourguignon, ancien coordinateur de Frat’ Pentecôte.

Y sommes-nous prêts ?

N’en doutons pas, notre Dieu est bien présent en toute situation, et même la plus inattendue ! On peut même dire que c’est aussi son Nom :

IL est l’Inattendu ! Notre rencontre personnelle avec Jésus n’a-t-elle pas été, pour la plupart d’entre nous, « inattendue » ? Et nous savons que la route ne sera jamais achevée…C’est d’ailleurs l’expérience de Jésus au quotidien : il n’a cessé de vivre et d’accueillir l’inattendu dans chaque situation et chaque rencontre.

En ce temps d’incertitude particulièrement forte, qu’il est bon d’expérimenter cela, dès le réveil !

Qu’il est bon de se redire que Jésus est le Seigneur de TOUT, et que nous n’avons rien à craindre. Que cela devienne notre « respiration »… pour notre plus grande joie!                                                                                  Le 3 mars, notre Église nous donne de fêter la Bienheureuse Conchita : occasion de nous rappeler la Parole inattendue qu’elle a reçue et qu’a reprise Patti Mansfield :

« Un jour pas très lointain, au centre de mon Église, à Saint-Pierre, se tiendra la consécration du monde à l’Esprit Saint et les grâces de son divin esprit couleront sur le bienheureux pape qui le fera… C’est mon désir que l’univers soit consacré au divin Esprit pour qu’il se répande sur la terre en une nouvelle Pentecôte »

L’inattendu de Dieu, cela peut être des « détours » de la Providence, que nous ne pouvons comprendre et reconnaître qu’a posteriori. Face à ce qui nous déconcerte, attendons patiemment et… nous verrons bien. Prenons exemple sur Abraham, « parti sans savoir où il allait ». Mais regardons-le en  même temps, si humainement proche de nous, lorsqu’il a voulu réaliser la promesse de Dieu … à la place de Dieu, en écoutant sa femme ! (Gn chap. 16). Méditons encore l’histoire de Joseph (Genèse, chap. 37 et suiv.), le dernier fils de Jacob, que le Seigneur avait préparé bien longtemps à l’avance pour sauver toute sa tribu, en préfiguration de la venue du Messie. Quel enchaînement d’inattendus il a fallu, pour que tout se réalise, au temps voulu, selon le plan de Dieu : la maladresse de Jacob excitant la jalousie de la fratrie, la bonté de Ruben, le passage des caravaniers, l’accueil de pharaon. Nous voulons croire que nous pouvons vivre des histoires semblables, et encourager tous ceux qui vivent de telles situations. Car le bras du Seigneur ne sera jamais trop court.

 

Quelle Parole brûlante d’entendre Jésus envoyer ses disciples en ne comptant que sur Lui… en ne prenant que leurs « sandales » (Marc 6, 9). Oui nous sommes invités à « perdre pied » pour ne compter que sur son Saint Esprit qui nous précède partout ! Redemandons encore et encore à notre Dieu-Père de nous donner son Esprit pour ne compter que sur Lui et faire face aux inattendus de nos vies !

À nous de regarder le monde avec les yeux du Christ : vers quels Macédoniens veut-il nous envoyer, selon le songe de Paul (Actes 16, 9) ? de préférence « dans les périphéries » d’aujourd’hui au-delà de notre « zone de confort » sans doute, mais avec confiance. 

C’est l’exemple que nous donne Jésus, dans sa vie publique, lui qui accueille toutes les rencontres, même les plus inattendues : c’est la rencontre et la guérison du lépreux qui fait fi de toutes les règles de la société (Marc 1, 40-42). Ou encore le miracle de la multiplication des pains, sur ce lieu désert où les apôtres étaient supposés aller se reposer (Marc 6, 30 et suiv.) – mais la foule « affamée » est déjà là et cela bouleverse tous les plans. Et c’est la multiplication des pains et des poissons. Le soir même, les disciples sont confrontés à un inattendu tragique aussi, quand Jésus les envoie reprendre la barque et qu’ils affrontent des vents contraires… et cela pendant au moins neuf heures interminables avant qu’il ne les rejoigne sur les flots démontés et les comble de sa présence. Pourquoi ? À chacun de répondre, surtout quand le Seigneur semble tarder.

La Parole nous dit que chacun reçoit le don de l’Esprit en vue du bien de tous : suis-je prêt à le croire, et à croire que cela change la face du monde ? L’inattendu se manifeste quand nous n’attendons plus rien de quelqu’un, et que nous découvrons en lui l’œuvre de l’Esprit. C’est ainsi ce fils en souffrance psychique et rejeté par la société : il ne « sert à rien » et il n’a aucune place reconnue dans une société axée sur la productivité. Depuis l’hôpital il communique comme il peut : en ce moment il envoie des cartes postales, notamment à une dame qui l’aime bien et qui est alitée pour 6 semaines. Nous avons alors la joie de lire ce qu’exprime cette dame en un inattendu inouï : « cette carte m’a fait pleurer de joie, et je me réjouis de l’avoir comme ami, aussi bien quand cela va bien que lorsqu’il est en crise ». Au lieu de nous attrister, rendons grâce pour ces témoignages de courage de tant de malades portant de lourdes croix. Oui Jésus est là, inattendu souvent : j’étais tétraplégique, lépreux ou bipolaire, et vous ne vous êtes pas détournés de Moi. Quelle valeur immense de chacun, chacune d’entre nous, quel qu’il soit ! L’inattendu du Seigneur est là, puissamment, même quand on est « dans les ravins de la mort ». Quelle merveille ! oui vraiment, le Ciel se penche sur la terre… toujours[1]. À nous d’avoir les yeux « ouverts ». Oui, la « pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle »

 

Sans oublier, en ce temps de laïcité, que le premier droit de l’homme est celui de connaître Jésus (dès lors que l’on a le minimum pour vivre, bien entendu). Quelle est ma part dans cette mission d’annonce ? Quand je dis « que ton Règne vienne », est-ce que j’entends le Seigneur me dire : « et toi, que fais-tu pour que mon Règne vienne » ? Au cœur de la Shoah, dans cette folie contre l’homme et contre Dieu ; aussi bien qu’en 2021 avec cette pandémie « inattendue » : Dieu est là et nous voulons répondre « me voici ». Oui, « tu es là et moi je ne le savais pas » (Gn 28 16).

Accueillons et goûtons donc l’inattendu de chaque instant, car IL est là… et cela change tout. Mais suis-je prêt à quitter mes habitudes et certitudes trop humaines ?

Entrons dans une action de grâces pour ce que nous avons à vivre ensemble avec ce refrain : « viens nous t’attendons »… les yeux fixés sur la Croix d’Amour de notre Sauveur ; cette Croix glorieuse, trône inattendu, dès le premier instant, et qui signe notre Éternité. En lien particulier avec « le peuple élu » qui n’en a pas fini avec l’inattendu de Dieu… au fil de ces 2000 ans d’attente du Messie et aujourd’hui avec le jaillissement des Juifs messianiques si fortement rejetés en Israël même – en attendant que la prophétie de Paul se réalise (Romains 11).Alors suis-je prêt à aimer et vivre l’inattendu de Dieu ? Suis-je prêt à lui (re)donner tout : à Lui qui m’a tout donné ?

[1]Voir le témoignage de Jean-Baptiste Bourguignon intitulé Fioretti.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*